disponibilite-creative Feldenkrais Paris

La méthode Feldenkrais nous invite à observer nos différentes manières d’être et d’agir au travers de notre corps en mouvement.

La méthode Feldenkrais pour tous à Paris

Dernières Actu

06 82 59 03 00

Paris

Méthode Feldenkrais et Créativité

 

En savoir plus

Créativité

Bien assis face à votre écran, tournez la tête du côté de votre choix, dans un petit mouvement, puis ramenez la de nouveau au milieu. Observez quel côté vous avez choisi. Savez-vous pour quelle raison ? Continuez à explorer du même côté. Vous essayerez de faire des mouvements petits, doux et assez lents pour observer ce qui se passe pendant le mouvement.Votre tête est-elle exactement au milieu ou déjà à peine engagée d’un côté ou de l’autre ? De nouveau tournez la tête et revenez. Savez-vous où a démarré le mouvement, par quelle partie de vous ? Vous pouvez refaire pour observer.Observez ce que font vos yeux dans ce mouvement. Essayez quelques variations, que vous répéterez chacune quelques fois, jusqu’à vous approprier un mouvement qui deviendra de plus en plus facile.a) vous gardez le regard en face de vous et tournez la tête puis revenez sans bouger le regard. b) vous gardez la tête fixe et quelques fois, vous emmenez le regard vers le côté et revenez. c) vous gardez la tête fixe, et emmenez le regard vers le côté. Puis vous fixez le point que vous voyez sur le côté, et ramenez la tête « en face » du regard. Puis vous ramenez le regard au centre et la tête suit ensuite. d)...

Bien-être

La Méthode Feldenkrais  est souvent associée au champ du bien-être, et effectivement, elle nous permet d’atténuer des douleurs, de nous sentir bien dans notre corps et dans nos mouvements. Mais elle suppose aussi un investissement personnel de la personne qui devient de plus en plus autonome et responsable d’elle-même. La Méthode invite à se lancer dans un véritable parcours de découverte de soi, qui implique aussi de passer par des étapes où l’on ressent des inconforts, des gênes ou des moments d’irritation, parce qu’on perd ses habitudes et ses repères. Accepter de se perdre pour mieux se retrouver ? "Rien à propos de nos schémas de comportement n'est permanent, si ce n'est notre conviction qu'ils le sont.» - Moshé Feldenkrais." ...

Neurones miroir

Moshe Feldenkrais avait eu l’intuition dès les années 1950 que ce n’était pas tant les muscles qui se fatiguaient dans le mouvement que le système nerveux. Ce qui l’avait conduit à pressentir qu’on pouvait travailler ses mouvements en imagination, comme une sorte de simulation, où on ressent à l’intérieur de soi ce qui se passerait si on faisait effectivement le mouvement. Cela permet plus de créativité dans les variations.De fait certaines cliniques notamment aux US proposent aujourd’hui à des patients immobilisés par une fracture de faire travailler le membre bloqué en imagination. Et de fait, on a observé que cela limite considérablement la fonte musculaire. Même sans bouger, le muscle se maintient pour peu qu’on s’imagine en train de le solliciter.Cette intuition de Feldenkrais semble se trouver confirmer par la découverte récente des neurones miroirs.Les neurones miroirs sont une catégorie de neurones du cerveau qui présentent une activité aussi bien lorsqu'un individu (humain ou animal) exécute une action que lorsqu'il observe un autre individu (en particulier de son espèce) exécuter la même action, ou même lorsqu'il imagine une telle action, d'où le terme miroir.La particularité de ces neurones tient au fait qu'ils déchargent des potentiels d’action pendant que l'individu exécute...

Vitalité

Quelque soit son âge, ses symptômes ou son état, on peut stimuler et renforcer sa vitalité en faisant travailler son corps et surtout son cerveau. Il s’agit de le solliciter, en utilisant sa capacité à découvrir et inventer de nouveaux modes d’actions et de pensées. Cela réveille une forme d’enthousiasme face à la vie. Les neurosciences ont confirmé ces dernières années à quel point le fait de faire régulièrement des choses nouvelles était important pour lutter contre le vieillissement.En pratiquant la Méthode Feldenkrais, on met en mouvement son corps, mais surtout, on apprend et on ressent qu’il y a toujours de nouvelles manières de faire qui sont possibles. Il ne s’agit jamais de répéter un mouvement de manière mécanique, mais à chaque fois de chercher comment le rendre intéressant. Chaque leçon devient l’occasion d’un voyage d’exploration...

Prêter attention

Prêter attention : c’est un des maîtres mots pour la méditation pleine conscience. On porte attention à la respiration, ou au mouvement des pensées.Mais que faire de son corps ? J’ai pu observer un certain nombre de personnes qui se découragent de pratiquer la méditation, parce qu’ils n’arrivent pas à trouver la posture assise dans laquelle ils seront assez à l’aise pour que la douleur ne prenne pas toute la place...

Energie

Le projet de Feldenkrais n’était pas d’inventer une méthode de « relaxation », mais bien un processus qui nous permet d’aller plus loin, et que toute notre énergie soit au service de nos intentions.En se libérant des tensions inutiles, en ajustant nos mouvements, on préserve une bonne part de notre énergie, qui peut alors être réinvestie vers ce qui nous tient à cœur....

Le sens kinesthésique

On parle toujours des « cinq sens » qui sont des sens « extéroceptifs » : ils nous renseignent sur ce qui se passe autour de nous. Mais on parle beaucoup plus rarement du sens kinesthésique, qui nous renseigne sur ce qui se passe à l’intérieur de nous,  du point de vue du mouvement. Des capteurs sensoriels dans nos tendons, dans nos articulations, dans nos muscles, et dans notre oreille interne envoient des informations au cerveau. Ce sens est souvent oublié, voire dévalorisé. Les personnes apprennent à « ne pas s’écouter », ...

Efforts

Nous avons souvent grandi dans un contexte qui valorise la notion « d’effort » qui induirait ensuite le mérite. Avec la Méthode Feldenkrais, on peut aussi réaliser que cette notion d’effort est un leurre. L’effort en soi ne suffit pas. Il est préférable de faire moins mais dans une action plus juste...

Moshe Feldenkrais

Né en Russie en 1904 dans un contexte de pogroms, Moshe Feldenkrais gagne la Palestine par ses propres moyens à l’âge de 14 ans, où il participe pendant une dizaine d’années à la construction de ce qui allait devenir l’Etat d’Israël.A partir de 1928, il part étudier à Paris, et obtient un diplôme d’Ingénieur à l’ESTP, puis travaille dans un laboratoire sous la direction de Frédéric Joliot-Curie et Irène Curie (prix Nobel de Chimie en 1935), et de Paul Langevin.A la même époque, très concerné par la self défense, il rencontre Jigoro Kano — le fondateur du Judo – en 1933 et participe à l’introduction du Judo en Europe. Il est l’un des premiers européens à avoir une ceinture noire de Judo.De sa formation de physicien, il tire une conception du corps comme réalité physique, des poids et des masses organisées dans l’espace, un jeu de forces pour être debout et se mouvoir. Sa pratique des arts martiaux développe l’idée du mouvement efficace et harmonieux, utilisant l’énergie minimale. Et enfin ses racines juives hassidiques lui ont donné le goût de poser des questions et de réfléchir à un problème sous tous les angles.C’est à l’occasion d’une grave blessure au genou...